Rechercher
  • hippodromeamiens

Jour de fête mercredi au Petit Saint-Jean


En proposant le Grand Prix de la Fédération, l’hippodrome du Petit Saint Jean s’apprête à vivre – le 19 septembre – une journée exceptionnelle. Où le spectacle apparaîtra sur … et en marge de la piste.

Dijon, en constants progrès, Un Mec d’Héripré, auréolé notamment d’une victoire lors du Grand Prix deu Département des Alpes-Maritimes, Tony Gio « bronzé » récemment dans le prix d’Eté, Venosc du Minel, repoussant constamment ses limites… Ces quelques noms extirpés de la liste des engagés du convoité Grand Prix de la Fédération du Nord font naître un grand sourire sur le visage de Philippe Levasseur. Président d’une société des courses qui se frotte (déjà) les mains à l’idée de proposer de ce « joli plateau » Un passionné « très bien entouré » qui s’active à placer « les petits plats dans les grands » afin que la fête soit (pleinement) réussie. « C’est une épreuve itinérante, à l’allocation alléchante et inscrite au programme d’une réunion à enjeux nationaux, que l’hippodrome du Petit Saint Jean a le privilège d’accueillir le 19 septembre »

Premier… temps fort au cours d’un second semestre où la soirée du Grand Prix Amiens Métropole – « programmée le 6 octobre, avec entrée libre » - apparaîtra tout aussi importante. « Nous n’en sommes pas encore là. Vivons intensément l’instant présent » ironise l’homme fort amiénois. Trépignant (visiblement) d’impatience d’ouvrir grandes les portes d’un hippodrome où le public est d’ores et déjà attendu très nombreux.

« Il n’est pas monnaie courante que de tels illustres ambassadeurs du trot acceptent d’en découdre en province. Ce mercredi, nous aurons le privilège de dérouler le tapis rouge devant certains d’entres eux. Ne boudons pas notre plaisir surtout que l’épreuve Quinté se disputera également en terres amiénoises » mentionne Philippe Levasseur. Sous le regard complice de Carole Savreux et Fabrice Fin à pied d’œuvre afin que cette journée puisse rencontrer le dynamisme, la réussite escompté.

Ainsi, le second nommé s’attache activement – « avec la complicité du personnel local » - à peaufiner une piste que l’un de ces champions marquera à jamais de son empreinte. Un ouvrage consenti avec beaucoup de soin tandis que la directrice de l’hippodrome multiplie les initiatives extra-sportives. « Il est important, nécessaire que le public prenne aussi du plaisir entre les courses. Que le spectacle soit partout » confie Carole Savreux. Acceptant de lever (sensiblement) le voile sur les animations qui susciteront – sans le moindre doute – l’attention des petits comme des grands.

« C’est une réunion qui nous tient évidemment. Comme l’est d’ailleurs celle du Grand National du Trot, circuit dont l’étape inaugurale fera escale chez nous en mars prochain. Elle procure une agréable poussée d’adrénaline mais engendre aussi beaucoup de stress » Légitime anxiété dans les rangs d’une société des courses dont la principale préoccupation demeure la satisfaction de toutes celles et ceux qui lui accordent leur confiance.

Exigeant pari qu’elle parvient cependant à relever à chaque instant, avec un certain brio… Comment pourrait-il donc en être autrement mercredi ? Et durant les autres rendez-vous qui figurent au calendrier de ce second semestre 2018.


0 vue